Oxymétrie de pouls

Shanghai Berry Electronic Tech Co.,Ltd
Ajouter à mes favoris

L'oxymétrie de pouls est une méthode non invasive pour surveiller la saturation en oxygène d'une personne.

Les lectures de la saturation périphérique en oxygène (SpO2) sont généralement à moins de 2 % de précision (à moins de 4 % de précision dans 95 % des cas) de la lecture plus précise (et invasive) de la saturation artérielle en oxygène (SaO2) à partir de l'analyse des gaz du sang artériel.[1] Mais les deux sont suffisamment corrélés pour que la méthode d'oxymétrie de pouls sûre, pratique, non invasive et peu coûteuse soit utile pour mesurer la saturation en oxygène en utilisation clinique.

L'approche la plus courante est l'oxymétrie de pouls transmissive. Dans cette approche, un dispositif capteur est placé sur une partie fine du corps du patient, généralement le bout d'un doigt ou le lobe de l'oreille, ou le pied d'un nourrisson. Le bout des doigts et les lobes des oreilles ont des débits sanguins plus élevés que les autres tissus, ce qui facilite le transfert de chaleur.[1] Le dispositif fait passer deux longueurs d'onde de lumière à travers la partie du corps vers un photodétecteur. Il mesure l'absorbance changeante à chacune des longueurs d'onde, ce qui lui permet de déterminer les absorbances dues uniquement au sang artériel pulsé, à l'exclusion du sang veineux, de la peau, des os, des muscles, de la graisse et (dans la plupart des cas) du vernis à ongles.[2]

L'oxymétrie de pouls par réflectance est une alternative moins courante à l'oxymétrie de pouls transmissive. Cette méthode ne nécessite pas une section mince du corps de la personne et est donc bien adaptée à une application universelle telle que les pieds, le front et la poitrine, mais elle présente également certaines limites. La vasodilatation et l'accumulation de sang veineux dans la tête en raison d'un retour veineux compromis vers le cœur peuvent provoquer une combinaison de pulsations artérielles et veineuses dans la région du front et conduire à des résultats de SpO2 erronés. De telles conditions surviennent lors d'une anesthésie avec intubation endotrachéale et ventilation mécanique ou chez des patients en position de Trendelenburg.[3]

{{medias[48449].title}}

{{medias[48449].description}}