video corpo
Ajouter à mes favoris

#Actualités du secteur

Un nodule thyroïdien indéniable est-il vraiment terrifiant ?

Un nodule thyroïdien indéniable est-il vraiment terrifiant ?

Ces dernières années, avec l'amélioration du niveau de vie et la prise de conscience des risques sanitaires, les examens physiques sont devenus un moyen essentiel de suivi de son état de santé. En tant que régulateur des activités métaboliques et souvent appelé "moteur du corps humain", l'organe endocrinien - la thyroïde, qui est étroitement lié aux fonctions corporelles, est inclus dans la plupart des procédures d'examen médical. Les nodules thyroïdiens se trouvent couramment dans la population féminine, avec un taux de détection de 3 % à 7 % par palpation et un taux de détection pouvant atteindre 20 % à 76 % par échographie à haute résolution. Dans une enquête épidémiologique nationale appelée Thyroid Disease, Iodine Nutrition, and Diabetes Epidemiology (TIDE), qui comprenait 78 470 adultes âgés de 18 ans et plus de 31 provinces et municipalités de Chine, la prévalence des nodules thyroïdiens était de 20,43 % (nodules d'un diamètre > 0,5cm). Alors, que sont exactement les nodules thyroïdiens ? Quelles sont les méthodes disponibles pour détecter les nodules thyroïdiens ? Comment traite-t-on les nodules thyroïdiens ?

1. Qu'est-ce qu'un nodule thyroïdien ?

Concept : Un nodule thyroïdien fait référence à une anomalie discrète causée par la croissance focale de cellules thyroïdiennes dans la glande thyroïde. Elle peut être causée par divers facteurs, et cliniquement, il existe de multiples troubles thyroïdiens tels que l'inflammation de la thyroïde, les maladies auto-immunes et les néoplasmes qui peuvent se manifester sous forme de nodules.

2. Nature :

- Hyperplasie (par exemple, goitre simple ou nodulaire)

- Inflammation (par exemple, thyroïdite comme la thyroïdite subaiguë ou la thyroïdite lymphocytaire chronique)

- Tumeurs malignes (par exemple, carcinome métastatique, tumeurs parathyroïdiennes, etc.)

3. Présentation clinique : La plupart des nodules thyroïdiens ne présentent pas de symptômes cliniques. Cependant, certains patients peuvent présenter des symptômes dus à la compression des tissus thyroïdiens environnants, entraînant un enrouement, une sensation de pression, des difficultés respiratoires et des difficultés de déglutition. Les nodules malins ont tendance à se développer rapidement, provoquent un enrouement persistant ou une difficulté à parler sans problèmes de cordes vocales, ont des formes irrégulières, adhèrent et se fixent sur les tissus environnants et peuvent entraîner une hypertrophie pathologique des ganglions lymphatiques du cou.

symptômes

difficulté à avaler

cou enflé

enrouement

difficulté à respirer

boule dans le cou

Quelles sont les méthodes de détection courantes des nodules thyroïdiens ?

1. Détection des hormones thyroïdiennes (fonction thyroïdienne trois éléments FT3, FT4, TSH) : pour déterminer si la fonction thyroïdienne est anormale, et ceux qui ont une TSH élevée doivent mesurer les auto-anticorps thyroïdiens.

2. Détection des auto-anticorps thyroïdiens (TGAb, TRAb, TPOAb)

3. Détection de marqueurs tumoraux (globuline (Tg), calcitonine, antigène carcinoembryonnaire (CEA))

4. Détection par imagerie (échographie) : la méthode d'examen préférée pour tous les nodules thyroïdiens connus ou suspectés, qui aide à distinguer les nodules thyroïdiens bénins et malins, et peut utiliser la version chinoise du Thyroid Imaging Reporting and Data System (C-TIRADS) pour prédire son risque de malignité. Les données de recherche montrent que : 8 % à 16 % des nodules thyroïdiens sont malins, c'est-à-dire un cancer de la thyroïde.

5. Aspiration à l'aiguille fine guidée par ultrasons (US-FNA) : Cela implique l'utilisation d'une aiguille fine pour aspirer les cellules d'un nodule thyroïdien sous guidage échographique pour un examen pathologique. C'est une méthode de diagnostic utilisée pour déterminer si un nodule thyroïdien est bénin ou malin.

6. Tests génétiques : Dans les cas où la nature d'un nodule thyroïdien (Bethesda III/IV) ne peut pas être définitivement déterminée même après US-FNA, des tests de marqueurs moléculaires peuvent être effectués sur l'échantillon de biopsie. Le dépistage des mutations génétiques telles que BRAF, les mutations RAS, les réarrangements RET/PTC, etc., peut aider à accroître la précision du diagnostic et à élaborer des plans de traitement personnalisés.

III、Comment traite-t-on les nodules thyroïdiens ?

La majorité des nodules thyroïdiens bénins ne nécessitent qu'un suivi régulier, et les nodules bénins asymptomatiques et à croissance lente ne nécessitent généralement pas de traitement spécifique. Dans quelques cas, les options de traitement comprennent une intervention chirurgicale, une prise en charge médicale (telle que la thérapie de suppression de la TSH), une thérapie à l'iode radioactif (131I) et une thérapie ablative. Pour les nodules classés Bethesda III/IV avec mutations du gène BRAF ou associés à d'autres mutations du gène, caractéristiques suspectes à l'échographie, nodules plus gros (diamètre > 4 cm), antécédents familiaux de cancer de la thyroïde ou antécédents d'exposition aux rayonnements, en raison de risque plus élevé de malignité, une exérèse chirurgicale diagnostique est recommandée. Voici les approches de traitement des nodules bénins :

1. Traitement chirurgical

Il n'y a pas de critère de taille absolue pour les nodules thyroïdiens bénins nécessitant un traitement chirurgical. Typiquement, pour les nodules Bethesda II, un diamètre supérieur à 3-4 cm est associé à un risque accru de malignité. Dans certains cas, les patients atteints de nodules bénins asymptomatiques peuvent opter pour la chirurgie si la taille du nodule a un impact significatif sur leur apparence ou provoque une détresse psychologique considérable affectant leur vie quotidienne et leur travail. Cela peut également être considéré comme une indication relative à la chirurgie.

2. Prise en charge médicale (thérapie de suppression de la TSH)

Il n'existe généralement pas de protocole de traitement médical spécifique pour les nodules thyroïdiens bénins. Il est important d'éviter les facteurs de risque susceptibles de favoriser la croissance des nodules, tels que l'hypothyroïdie, la carence en iode, le tabagisme, l'exposition aux rayonnements ionisants de la tête et du cou, l'obésité et le syndrome métabolique. Le traitement par suppression de la TSH n'est pas recommandé chez les patients présentant des nodules thyroïdiens bénins et une fonction thyroïdienne normale. L'utilisation prolongée de cette thérapie peut entraîner des symptômes gênants comme des arythmies cardiaques et exacerber l'ostéoporose chez les femmes ménopausées.

3. Traitement 131I

L'131I est principalement utilisé pour traiter les nodules thyroïdiens bénins avec une fonction d'absorption autonome et l'hyperthyroïdie. En cas d'hypothyroïdie, un traitement substitutif par LT4 doit être administré à temps.

4. Thérapie ablative

La thérapie ablative est une option pour les patients atteints de nodules thyroïdiens bénins qui grossissent progressivement, provoquant des symptômes de compression, affectant l'apparence, provoquant une détresse psychologique importante affectant la vie quotidienne et qui ne souhaitent pas subir une intervention chirurgicale. Cependant, il est important de noter qu'avant de subir une thérapie ablative, une aspiration à l'aiguille fine guidée par échographie (US-FNA) doit être effectuée pour confirmer le diagnostic pathologique comme bénin. Même après un traitement ablatif, un suivi à long terme est nécessaire.

Surveillance et dépistage des personnes à haut risque

Les personnes ayant les antécédents médicaux suivants sont considérées comme présentant un risque élevé de cancer de la thyroïde et doivent subir un dépistage précoce :

1. Antécédents d'exposition aux rayonnements de la tête et du cou chez l'enfant ou à des poussières radioactives.

2. Antécédents de radiothérapie systémique.

3. Parents au premier degré ayant des antécédents de cancer de la thyroïde, ainsi que des antécédents familiaux de syndromes héréditaires liés au cancer de la thyroïde ou des antécédents personnels de tels syndromes.

Les références

[1] JAMA, 2018, 319(9) : 914-924.

[2]Throïde,2020,30(4):568-579.

[3] Lignes directrices pour le diagnostic et le traitement des nodules thyroïdiens et du cancer différencié de la thyroïde (deuxième édition)

[4] Lignes directrices pour le diagnostic et le traitement du cancer de la thyroïde (édition 2022)

Un nodule thyroïdien indéniable est-il vraiment terrifiant ?

À propos

  • Xiamen, Fujian, China
  • SPACEGEN